Archives de Tag: québec

Itinéraire bis

Si vous aimez bien me lire, ou si vous voulez juste avoir des impressions sur le Festival d’été de Québec, vous pouvez aller voir par-là (site pensé-conçu-alimenté par des ex-lannionnais, ça ne peut être que bon) :

– La Déviation –

Publicités
Tagué , ,

Elle m’a dit d’aller siffler là-haut sur la colline (zai zai zai zai)

Je l’ai déjà dit et montré, le Québec est propice aux comparaisons saisonnières de paysages. En voici un autre exemple, moins esthétique, mais qui illustre bien les changements hiver/été. En janvier 2012, lorsque je suis arrivée ici, j’ai directement été plongée dans un univers blanc et froid, aux trottoirs recouverts, aux tranchées glacées, et c’est parfois avec étonnement que j’ai découvert la réalité printanière des lieux.

Cette photo en est le meilleur exemple. Pendant trois mois, j’ai cru qu’il y avait une petite colline cachée sous la neige en face de ma résidence universitaire. Jusqu’à ce que la neige fonde, lentement, très lentement, et que ce monticule disparaisse… complètement. Ce tas, de plusieurs mètres de haut, de long et de large, est créé et alimenté chaque année par les allées et venues des chasse-neige sur le parking qui le jouxte.

tas

 

plus tas

 

D’ailleurs il existe aussi de l’autre côté de la route, en moins impressionnant.

 

IMG_4144

 

Mais à la fonte des neiges, on découvre aussi des petites choses triviales, comme une piste cyclable. Cette photo me rappelle à quel point j’ai pu être étonnée en la découvrant la première fois, quand je pensais qu’il n’y avait que de la pelouse en-dessous. Comme quoi, il m’en faut peu.

IMG_0221

Enfin, outre la blague (« Vous ne passerez pas », réplique culte du Seigneur des Anneaux, parodiée ici par des étudiants parce qu’on n’a pas besoin de Gandalf à Laval, on a des flaques (que dis-je, des mares !) pour nous empêcher de passer entre deux bâtiments au printemps. Solution 1 : les bottes de pluie. Solution 2 : les gros détours.), je disais donc, outre la blague, je partage cette photo pour que vous puissiez vous rendre compte de la réalité d’une fin d’hiver à Québec.

DR. ULaval memes.

DR. ULaval memes.

Tagué ,

Bec et ongles. Mais surtout bec.

Piou piou, piiii-ouuuuuu, pip-pipipipi piou piou piou PIOUPIOUPIOU ! Bis. Ter.

Vous pensez que je deviens folle ?

2h15. Les oiseaux piaillent déjà dehors. Très très fort. Eh les gars, le soleil ne se lève que dans deux heures et demi !…Un peu de respect pour ceux qui se couchent.

Je vous avais dit que le soleil se levait vraiment plus tôt au Québec ?

Maintenant c’est fait.

(P.S. : ça c’était valable un jour, le lendemain mes amis volants se sont manifestés à 1h45. Normal.)

J’en profite pour vous présenter l’emblème aviaire du Québec, l’harfang des neiges.

owl

DR.

Tagué , ,

Back dans les bacs

Vous n’y croyiez plus, et pourtant je reviens ! Mes excuses les plus plates (mais alors vraiment plates) pour cette absence que je n’avais pas prévue aussi longue. Famille dans la province, petit retour dans l’hexagone pour le mariage de ma soeur et flemme de m’y remettre au retour : voilà en gros mes excuses.

La mi-session d’automne est là, apportant avec elle son lot d’examens avant une petite semaine de vacances. Je serai donc brève entre deux révisions de russe et d’analyse politique de l’Asie du Sud-Est (en ce moment le journalisme est loin).

Je veux juste partager avec vous les magnifiques couleurs de l’automne – ou de l’été indien, appelez-ça comme vous voulez, que j’ai eu la chance de photographier. Aujourd’hui les feuilles qui s’accrochent encore aux branches sont brunes et racornies, le matin les voitures sont un peu gelées et on a aperçu nos premiers flocons… Sans compter qu’on a ressorti les tuques (bonnets), gants et autres écharpes.

Les photos ont été prises début octobre au Zoo de Granby, ville située entre Montréal et Sherbrooke, dans le sud-est de la province.

Merci à mes fidèles lectrices Célia et Cécile.

Tagué , , ,

Off

En plein entre-deux-fêtes, celle du Québec, le 24 juin, et celle du Canada, le 1er juillet, je reviens vite vous parler des particularités de ces deux journées. (Deux jours fériés à une semaine d’intervalle ? On aime ça.)

Tagué ,

C’est la luuuuuutte

Petits extraits de la manifestation du vendredi 22 juin, devant le Parlement de Québec. J’y ai fait des photos pour mon stage. Il faisait chaud, chaud, chaud et j’ai perdu mon collègue au bout de deux minutes. Tant pis !

C’était une manifestation qui regroupait autant d’étudiants que de retraités, de travailleurs, de familles. Les droits de scolarité ne sont plus le seul enjeu depuis un moment déjà. C’est une fronde anti-gouvernementale, anti loi 78, mais aussi pro-environnementale.

Tagué , , , ,

E.T.

Pour celles et ceux qui n’ont pas Facebook, une petite photo de bibi sous la neige.

Avec, à l'arrière, la résidence Parent, où j'habite.

Je mets volontairement bibi, puisque j’ai appris hier un petit truc marrant. L’un de mes camarades québécois a tiqué en voyant écrit « où est bibi ? » et m’a répondu « vaste question ». Après le petit blanc d’incompréhension mutuelle qui a suivi, il m’a expliqué que Bibi est ici connu pour être une marionnette d’extra-terrestre aux cheveux verts et avec un gros nez, issue de l’émission Bibi et Geneviève, qu’ils ont tous regardé enfant. Bibi est venu étudier la Terre, il vit chez Geneviève, qui est devenue son amie. Il se pose plein de questions sur les humains et Geneviève y répond. Bref, un programme pour enfants assez mignon.

Tagué , ,

Gastrono-quoi ?

Gastronomie ! Après une semaine à Québec, il était temps que je mange vraiment québécois. Autrement dit, que je mange de la poutine ! La poutine est un mets particulièrement raffiné puisqu’il est composé de frites et de fromage en grain (chose blanche agglutinée qui fait schkouik-schkouik dans la bouche), le tout recouvert d’une sauce brunâtre, qui, vu le goût, doit être constituée d’au moins un peu de viande. Ça c’est pour la poutine de base, appelée la Vladimir dans le restaurant où je l’ai mangée… Il existe en fait des dizaines de poutines différentes, agrémentées de saucisses, steak, bacon, champignons, poivrons…

Avec Tiphaine et Jennifer qui m’accompagnaient, nous avons eu les yeux beaucoup plus gros que le ventre en choisissant la version « grande ». La serveuse nous avait mimé la taille du plat, mais si la circonférence correspondait, elle avait oublié de préciser la profondeur du contenant. Nous nous sommes donc retrouvées chacune avec une énorme coupe débordante de frites, à mi-chemin entre un bol et une bassine. Wow.

Bien évidemment, on boit de la bière avec !

Verdict n°1 : c’est bon. Verdict n°2 : c’est gras. Très vite, on s’est rendues compte qu’un estomac humain (féminin ?) ne pourrait pas en venir à bout en une fois. Comme on ne voulait pas gâcher, on a demandé à emporter le reste de nos poutines avec nous (ce qui se fait très bien avec tous types d’aliments ici). Le reste de la visite de Québec s’est donc fait avec des frites odorantes dans le sac et des estomacs pleins à craquer. Une belle fin d’après-midi somme toute (oui parce qu’ici on mange à 17h30).

POUTINE 1-HELOISE 0

ndlr : MacDonald’s, qui aime à se régionaliser, propose bien évidemment de la poutine dans ses menus au Québec !

Tagué , ,