Off

En plein entre-deux-fêtes, celle du Québec, le 24 juin, et celle du Canada, le 1er juillet, je reviens vite vous parler des particularités de ces deux journées. (Deux jours fériés à une semaine d’intervalle ? On aime ça.)

Publicités
Tagué ,

C’est la luuuuuutte

Petits extraits de la manifestation du vendredi 22 juin, devant le Parlement de Québec. J’y ai fait des photos pour mon stage. Il faisait chaud, chaud, chaud et j’ai perdu mon collègue au bout de deux minutes. Tant pis !

C’était une manifestation qui regroupait autant d’étudiants que de retraités, de travailleurs, de familles. Les droits de scolarité ne sont plus le seul enjeu depuis un moment déjà. C’est une fronde anti-gouvernementale, anti loi 78, mais aussi pro-environnementale.

Tagué , , , ,

You’re the one that I want

Mercredi, j’ai fait un petit retour dans les années 50.

Avec ma copine Gab’ j’ai découvert le cinéparc ! Le concept est simple,quand le soleil se couche tu viens avec ta petite voiture dans un grand terrain ouvert, tu te gares face à un immense écran blanc, tu branches ta radio sur la bonne fréquence FM, tu t’installes confortablement sous les couvertures, et tu profites d’un ou de deux films selon ta forme ! Effet Grease assuré (film qui est sorti sous le nom de Brillantine au Québec).

Mais avant que les derniers rayons du soleil aient disparu, il y a des petits rituels. On ne va pas passer des heures dans une voiture avec l’estomac vide ! Direction l’épicerie, point de convergence des jeunes pour se fournir en chips, bonbons et autres boissons sucrées. Certains choisissent aussi l’option « sur place », parce qu’à côté des toilettes du cinéparc, il y a quelques jeux d’arcade mais surtout une petite baraque où on peut trouver tout ce que la malbouffe a de meilleure, notamment des pogos (saucisses entourées de chapelure de pomme de terre enfilées sur des bâtons).

C’est très familial, puisqu’il y a un écran où les films projetés sont plus du type Madagascar 3. Du coup on croise des petits déjà en pyjama, qui font de la balançoire en attendant qu’il fasse assez sombre. Les gens ont d’ailleurs l’habitude de klaxonner pour signifier qu’il fait assez nuit, selon eux, pour que le film commence.

Je suis allée voir Prometheus, film bien nul, mais j’ai beaucoup aimé l’expérience sous les étoiles. Pas de voisin pour t’embêter, se levant pour faire pipi ou mangeant du popcorn aussi bruyamment que possible, mais surtout la possibilité de commenter à voix haute avec ta copine « t’as vu elle dit césarienne et pas avortement, ah ces américains ! »

Tagué , ,

Le petit Robert

J’ai pris du retard dans votre initiation à la langue de nos chers cousins.

Aujourd’hui, que veulent dire choker et piton ?

CHOKER veut dire poser un lapin et un PITON n’est évidemment pas un serpent mal orthographié, mais un bouton, une touche. Pour changer de chaîne, on peut donc presser (ou peser sur) le piton de la télécommande.

Une invitation bien sympathique dans les tunnels.

4 mars/19 mai

Le Québec est plutôt propice au jeu de l’avant après/avant. Je vais essayer d’en faire toute une série comme ça, en attendant le dernier stade, celui de l’été indien (dédicace à Joe Dassin). Ici la vue depuis la chute de Montmorency et au fond l’Ile d’Orléans.

J’en profite pour souligner mes quatre mois de Québéquie aujourd’hui. La France me paraît vraiment loin, et ce n’est pas pour me déplaire.

Mon(t)réal !

Fleurs, fleurs, fleurs, immeubles tordent-cous, hipsters, ratons-laveurs noctambules, bagels, 12 kilomètres à pied, english speaking, jardin botanique (gros coup de coeur), brunch, métro propre et calme, Mont-Royal, rue St-Denis, et toujours autant (sinon plus) d’écureuils… Montréal, c’est de la balle.

C’a a été plutôt dur de commencer son stage juste après un week-end aussi riche.

48 heures dans une ville c’est assez peu, mais largement assez pour en prendre le pouls. J’ai aimé ces pulsations là. Même sous la brume du premier jour, et même avec les automobilistes énervés.

Morceaux choisis pour ceux qui n’ont pas Facebook.

Si vous vous interrogez sur la présence de la photo avec les petites filles, je l’ai prise parce qu’elles avaient fait de la limonade et qu’elles la vendaient dans la rue pour se faire un peu de sous. Vraiment mignon, et cliché à 100%.

BIM BAM

Plusieurs d’entre vous m’ont demandé des nouvelles de la grève étudiante :
aujourd’hui, et après 14 semaines de grève, la ministre de l’Education, Line Beauchamp vient de démissionner. En blâmant au passage les représentants des associations étudiantes qui, selon elle, ne sont prêts à aucun compromis.

 

 

 

 

 

 

Et un petit résumé de ce qu’il se passe depuis tout ce temps.

Je reviens vite vous parler de la loi spéciale qui vient d’être votée et qui est scandaleuse (interdiction du port du carré rouge, surveillance de Twitter pour empêcher les appels à la manifestation, interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes…)

Tagué , , ,

Davy cherche Crocket

Tu sais normalement quand tu vois ce panneau, tu ne vois jamais les animaux en question. Là ils étaient 10. Et un peu hargneux.

Pour cette vue magnifique de Montréal, ça se passe en haut du Mont-Royal.

Tagué , ,

La vacance

Ce blog est en mini-pause parce que je le suis aussi. Au Québec le deuxième tiers d’avril rime avec fin de session d’hiver. Travaux à rendre, examens finaux et gros stress, avant quatre mois de vacances pour les chanceux, ou quatre mois de nouveaux cours pour les courageux qui rempilent pour la session d’été.

L’année est ici divisée en trois sessions (semestres, ou plutôt quadrimestres) : hiver, été et automne. On notera au passage l’absence de printemps.

Avec la grève qui dure, à certains endroits depuis le 14 février, des cours d’hiver ont été annulés. Il y aura sûrement plus de monde sur les bancs de l’école en saison estivale.

Je commence mon stage dans un hebdomadaire de Québec lundi. En attendant c’est week-end de pauvre, à base de covoiturage et de couchsurfing, pour aller enfin découvrir Montréal ! Photos à venir bientôt donc.

Pour répondre à deux questions qui reviennent souvent (et comme je suis une méchante qui ne donne pas de nouvelles) :

  • je vais SUPER BIEN
  • non, on ne peut pas vraiment dire que ce soit la grosse chaleur printanière, mais on progresse

Photo du 17 avril. Quand la météo te fait rire jaune.

Elle vit sa vie par procuration…

…surtout pendant les élections !

Dimanche je me suis réveillée en sachant que ma voix avait compté. Bizarre cette sensation de n’avoir rien fait, et de savoir pourtant que mon vote était réel.

Je réalise ce plaidoyer pour le vote, pour l’effort électoral, un peu tardivement, mais j’espère que si vous me lisez et que vous avez prévu de fuir la France sous peu (je vous le souhaite), vous penserez à ce bout de papier. La procuration c’est juste le papier le plus facile que j’ai eu à obtenir parmi les dédales administratifs avant mon départ. Un quart d’heure au commissariat de police, quelques blagues sur le tunning dans le Nord de la France avec des agents, et le tour était joué. En plus, on peut choisir pour combien de temps on délègue son pouvoir à une personne de confiance : pour le premier tour, pour les deux, pour un nombre défini de scrutins ou une année complète. Bref, pas d’excuse.

Merci maman pour avoir rallongé mon bras de plus de 5000 kilomètres !

DANS LES FAITS : On compte 7700 personnes inscrites sur les listes électorales du consulat à Québec, et 44 000 à Montréal. Hollande est arrivé en tête à 32% contre 28% pour Sarkozy. Pas sûr que Cheminade ait eu beaucoup de succès. Sans surprise, de l’autre côté de la frontière, aux Etats-Unis, Sarkozy a atteint près de 40%…

On lâche rien pour le deuxième tour !