Mâcher ses mots ?

Je continue doucement de vous initier à la langue québécoise. Aujourd’hui, la gomme. Encore un fois les Québécois s’attachent à une traduction fidèle de l’anglais. Si on vous propose une gomme, c’est peut-être que avez mauvaise haleine, ou juste amicalement, mais pas forcément que vous avez fait une faute. Même si le mot gomme à effacer est utilisé, la plupart du temps on vous prêtera une efface. Et on la rangera non pas dans une trousse, mais dans un étui à crayon ou mieux, un coffre à crayon. (Oui parce que la trousse, ici, c’est pour les premiers soins, forcément.)

Petite leçon de séduction à la québécoise.

Ici on cruise (drague), et si après avoir séduit quelqu’un on le ramène à la maison, c’est qu’on a pogné. Plus généralement, on dit d’une personne séduisante qu’elle pognera plus qu’une autre. Et puis après on fourre (je ne pense pas avoir besoin de traduire).

Le verbe pogner n’est pas réservé au domaine de la drague, il signifie aussi tout simplement prendre ou attraper. Ex : pogner un rhume.

Publicités

Une réflexion sur “Mâcher ses mots ?

  1. Marmy dit :

    « Et puis après on fourre (je ne pense pas avoir besoin de traduire). Le verbe pogner (qui fait partie des mots que j’ai adopté) (…) »

    C’est pour ça que je t’aime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :