La grâce de l’hippopotame

Il n’y a pas que le hockey dans la vie.

Alors j’ai testé pour vous le curling ! Pour vous donner une idée, une semaine après l’initiation, mes genoux sont encore mauves.

Le curling, un sport ça ? Bien sûr que non, vous répondront 99% des gens. Pas qu’un peu, vous assureront les initiés. En passant devant le club Jacques-Cartier de Québec, je n’ai pas pu résister à l’appel de la pierre, pourtant pas philosophale.

Créé en 1807 au Canada et représenté aux Jeux Olympiques depuis 1998, le curling est un sport de précision qui n’a pas pris une ride. Le matériel, entièrement prêté par le club, est simple : des balais (autrefois de vrais balais de paille, aujourd’hui des embouts en mousse condensée), des pierres équipées de poignées et des semelles en plastique (glissantes comme un savon qui s’échapperait de mains mouillées). Le sport est tout aussi élémentaire. Le curling est un des nombreux jeux dont le but est d’envoyer un projectile au coeur d’une cible. Un combiné entre les fléchettes et le bowling, le tout dans un environnement glacé. Mais ici, pas de petit objet volant ou roulant, c’est une pierre de granite poli pesant la bagatelle de 19,96 kilos (précisément) qu’il faut déplacer.

Faire tenir une pierre sur un axe d’une trentaine de mètres relève du domaine du possible, mais en faire de même avec son propre corps est une autre paire de manches. Si on ne lâche pas la poignée assez tôt, le tronc suit le mouvement impulsé. En tentant d’adopter aussi dignement que possible la position du lanceur, je me suis donc retrouvée en grand écart plusieurs fois, fracassant délicatement mes genoux sur la piste au passage. Mais toujours avec le sourire.

Contrairement au patinage, la glace sur laquelle on évolue a l’aspect d’une peau d’orange. Ce sont d’ailleurs les micro-bosses et trous irréguliers qui permettent d’adhérer à la piste sans partir dans le décor à chaque pas. La friction des balais vient réchauffer la glace et permet la formation d’une fine couche d’eau sur laquelle la pierre glisse mieux, plus loin. Ce frottage intensif peut aussi en corriger l’axe, qui à tendance à partir en courbe. Un très bon balayage, réalisé par des experts, peut faire gagner jusqu’à dix mètres. Je n’en suis pas là.

Malgré ce qu’on peut croire, courir après la pierre n’est pas de tout repos. Il faut pouvoir sentir le meilleur moment pour commencer le balayage, aidé par le pressant signal « sweep, sweep ! » de ses coéquipiers, mais surtout suivre la cadence imposée par le projectile en déplacement, et enfin ne pas se mélanger les embouts entre balayeurs. Un balayage efficace, ça s’apprend.

Pourquoi j’ai aimé le curling ? Parce qu’il permet de petits miracles, comme celui de courir sur la glace. Je me suis vite sentie pousser des ailes, croyant défier les lois de l’équilibre. Jusqu’au moment où ma confiance a été trop grande, où la gravité a repris ses droits. Jusqu’au gros boom. La chute ultime qui m’a fait ressentir toutes les parties de mon corps en une fraction de seconde. Je ne suis pas la seule à l’avoir expérimentée.

On pense que nos grand-parents pourraient briller à cette activité sans peine parce qu’on n’a pas l’impression de faire du sport. Le curling est donc une activité parfaite pour ceux qui n’aiment pas suer dans l’effort extrême. Mais gare au lendemain matin, les courbatures étaient au rendez-vous et mes coudes et mes genoux avaient viré mauves. J’ai désormais le plus grand respect pour les joueurs et les joueuses de curling. Chapeau les équilibristes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
Tagué

6 réflexions sur “La grâce de l’hippopotame

  1. Bakpok dit :

    Tes photos donne envie de « frotter du balai » ! ça doit être génial d’essayer 🙂

  2. Bakpok dit :

    Tes photos donnent envie de « frotter du balai » ! ça doit être génial d’essayer 😀

  3. so dit :

    j’admire ta force et ton courage ! 😀

  4. Adri dit :

    J’aimerais bien essayer, j’apprécie tous les jeux de précision. Tu sais combien de temps il faut pour maîtriser le lancer et le balayage?

    • hkermarrec dit :

      Pour moi probablement longtemps, pour qqun comme toi ce serait plus rapide, il y avait des gars qui maîtrisaient plutôt bien à la fin. Je pense que tu pourrais vraiment aimer ça.

  5. Caradeeeec ! dit :

    Ça manque d’une petite vidéo ! Mais comme d’hab j’adore te lire, et je viens de découvrir que y’avait pleins d’articles que j’ai raté !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :