Ferme les yeux

ou le Croque-Mitaine viendra te chercher !

Cette semaine, je me suis trouvée une professeure particulière de prononciation québécoise en la personne de Marie-Claude, une de mes camarades de l’Exemplaire. Mais après avoir tenté de répéter trente fois le mot « chaise » à leur façon, j’ai dû me rendre à l’évidence : je suis plutôt mauvaise élève. Je ne jette pas l’éponge néanmoins. Un jour je pourrais dire tout naturellement « pis toé là, assis-toi su’a chaise », je m’en fais la promesse !

Il faut savoir que si pour nous autres Français, c’est marrant d’imiter l’accent québécois, c’est au moins aussi drôle pour eux de parler « à la française ». Désolé les garçons, mais certains clichés ont la vie dure. Il paraîtrait que vous sonnez plutôt gays (on est d’accord que tous les homosexuels ne parlent pas de façon efféminée, mais ne polémiquons pas, vous comprenez l’idée). Du coup, quand ils imitent notre accent, les Québécois parlent assez aigu et du « début de la bouche » (eux ont tendance à chercher leurs sons plus dans la gorge). Leur formule ultime pour nous imiter ? « Du coup ». C’est une locution qu’ils n’utilisent pas du tout, mais le fait qu’ils la soulignent me (nous) fait prendre conscience qu’on l’emploie énormément ! Le plus tordant, c’est de les voir faire. Ils contractent la mâchoire d’une façon particulière et ils sont tout concentrés, comme bloqués. J’adore !

Pourquoi je parlais du Croque-Mitaine en début d’article ? Parce que j’ai appris qu’ici, la créature qui vient chercher les enfants qui veillent tard, est appelé « Bonhomme sept-heures ». La légende est un peu différente au Québec puisque le vagabond maléfique viendrait enlever les enfants qui jouent dehors après 19 heures. Par contre, peu importe le pays, la fin est la même : on ne revoit jamais les enfants. Tous les parents ont donc le même but, effrayer leur progéniture !

Photo : Caisses populaires acadiennes

Je connaissais déjà « boogey-man » en anglais, « coco » ou « el hombre del saco » en espagnol, voilà qui vient compléter ma collection. Si vous connaissez la légende dans d’autres langues, je suis preneuse.

Petit topo étymologique. Le terme de « bonhomme sept-heures » viendrait de la déformation de bone setter prononcé à la française. Le bone setter était le rebouteux, qu’ici on nomme ramancheur, c’est-à-dire l’homme qui remettait les os et les articulations démises en place. Lorsque dans une famille on faisait venir le « bone setter », souvent la personne traitée gémissait, grinçait des dents ou criait de douleur, ce qui faisait très peur aux enfants présents. Plus tard lorsque ceux-ci ne voulaient pas obéir, on les menaçait du « bone setter ». Merci Wikipédia et merci Marie-Claude !

Comme je le disais justement à la demoiselle, c’est ça que j’apprécie dans le fait de ne pas (trop) être une touriste ici. Je peux apprendre des choses plutôt inattendues, des éléments culturels que je n’aurai trouvé dans aucun guide. Et c’est ça que je cherchais.

Publicités
Tagué ,

2 réflexions sur “Ferme les yeux

  1. HAHAHAHAHAHA!!! Je pensais pas que tu ferais ton article aujourd’hui même! Mon dieu, mon nom apparait DEUX fois! Hollyyyyyyy! =D

  2. Caradeeeec ! dit :

    A te lire, je revois la Vive qui nous dit « du coup du coup » pour souligner cette forme de langage qu’il se refuse à employer…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :